Où sont les tatas de Sikasso ?

En visite dans la capitale du kenedougou du 21 au 23 Avril 2017, pour une activité de la Jeune Chambre Internationale Mali, j’ai fais une remarque inquiétante pour les habitants de cette ville et du Mali en Général.

                                                                                         

Sikasso, la ville du Kenedougou,

Sikasso est la troisième région située au Sud du Mali. Elle est limitée au Nord-Ouest par la région de Koulikoro, au nord-est par la  région de Ségou, à l’est par le Burkina Faso, au Sud par la Cote d’Ivoire et à l’Ouest par la Guinée. C’est l’une des régions les plus arrosées du Mali.

En cette période de forte chaleur à Bamako, nous avons été agréablement surpris de trouver un climat frais accompagné de grosses gouttelettes d’eau (pluie).

Pour revenir à ma remarque, Sikasso sur le plan de la culture est une ville chargée d’histoires et une ville fortement ancrée dans ses traditions. C’est aussi un des carrefours les plus fréquentés en termes de festival et le plus célèbre est le « Triangle du Balafon »  consacrée à l’instrument de musique traditionnel qui se déroule chaque année.

                                                        

A la découverte des célèbres Tatas

Etant une passionnée de la culture et de l’histoire, j’ai effectué une visite touristique au musée et des sites naturels. Le musée retraçait toute l’histoire de la région mais pour ce qui est du célèbre patrimoine naturel appelé « Tata » c’était autre chose. Les ruines du légendaire tata de Sikasso également appelé Tarakoko par les autochtones ont été construit au XIXe siècle entre 1877 et 1897 sous le règne de Tièba Traoré, renforcé et agrandi par Babemba Traoré. Le Tata de Sikasso ‘’était ‘’ une imposante muraille en terre construite pour défendre la ville contre les agresseurs. La toute dernière enceinte avait un périmètre de 9,5 km; une épaisseur de 6 mètres à la base et 2 mètres au sommet et d’une hauteur variant de 4 à 6 mètres et comptait 5 grandes portes verrouillées. Grâce au Tata, Sikasso résista longtemps aux troupes de Samory Touré et à l’assaut de l’armée coloniale française.

Qu’est-ce qu’en pense l’UNESCO ?

Classé patrimoine mondial par l’Unesco parce que ce sont des œuvres humaines et ayant à une époque exercé de l’influence sur la ville et  d’après un article de l’Unesco sur le Tata de Sikasso, « Plusieurs sources orales et écrites, la construction des murailles défensives autour des cités du Soudan occidental aurait un rapport avec la période d’insécurité liée aux guerres d’hégémonie et la recrudescence de la traite négrière qui a suivi la chute de l’Empire Songhoy, dernier grand empire médiéval du Mali actuel. La construction de ces murs d’enceinte a connu un essor au 18ème siècle, âge d’or de la traite négrière, et au milieu du 19ème siècle caractérisé par les conquêtes menées des royaumes héritiers des Grands Empires (Fouta, Ouassoulou, etc.) »

Raconterons-nous cette histoire à nos enfants ?

les-ruines-du-tata-de-sikasso1.jpg
Les ruines du Tata de Sikasso

Pourquoi j’ai écrit que le Tata était une imposante muraille car ces 12 murs que nous avons tant appris à notre tendre enfance, ces murs qui ont jadis protégé cette ville et qui sont symboles  de notre résistance à la traite Negrière sont sur le point de disparaitre  et au moment où j’écris cet article je ne sais pas si une autre partie est en train de s’effondrer. A la vue de l’état actuel de ces murs, non de ces morceaux de terre, j’étais outrée de découvrir que d’ici quelques années si rien n’est fait, ils serviront de parcelles pour des personnes qui seront très heureux de bâtir leur villa personnelle sur ce lieu historique.  Je me suis posée beaucoup de questions ? Est-ce que ce sont les mêmes tatas ? Qu’est ce qui s’est passé ? Ou sont les Tatas de Sikasso ? Personne n’a rien fait pour les protéger, les renforcer contre les phénomènes naturels (pluie, vents)?  Avons-nous conscience de ce que nous perdions ? Est-ce qu’on aura une histoire à raconter sur Sikasso ? Qu’est-ce que nous dirons à nos enfants si dans l’histoire ils étudient de l’utopie, je pense qu’on peut dire ; « Tieba et Babemba l’ont construit et nous n’avons pas jugé nécessaire de le renforcer afin que vous voyiez combien nous sommes lâches… » Ou dirons-nous simplement « C’était une légende ? » La question reste ouverte à tous. Ceci est un cri de cœur pour toutes les populations de Sikasso et du Mali, préservons nos richesses sinon qu’est ce qui sera léguée à la future génération ?

Un commentaire sur “Où sont les tatas de Sikasso ?

  1. Au moins il y’a des gens conscients de cela! On ne pourra préserver notre identité africaine Que par la culture, les lieux historiques… ! Espérons que cet article fera le tour du Mali. Bravo Sadya et merci pour cette belle plume.
    #bloggeuse_soon

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s